Wien était ma ville préférée dans le voyage.

Les palais royaux, en comparant avec ceux d’autres pays d’Europe, sont à peu près pareils, c’est pas la peine de juger quel royaume en a le meilleur. Le musée de Sisi m’a offert l’occasion de m’approcher d’elle, de sa vie. En lisant ses poèmes, je me suis dit qu’elle pourrait peut-être vivre plus joyeusement, en condition qu’elle se change un peu. Une femme qui ne peut pas se libérer, qui se coince dans les chaînes poussées de son cœur sensible, prend encore ‘faire libérer le monde’ comme sa responsabilité, un fardeau, un lourd fardeau. Sans aucun doute, elle était fatiguée, malheureuse et mécontente.  

Au Stadtpark trouvais-je avec plein de joies le statut de Strauss. Je me souviens quand j’avais 12 ans, dans un ‘World Park’ au sud de la Chine, j'ai pris une photo avec le faux statut de Strauss, une petite contrefaçon…mais 10 ans plus tard, j’y suis venu devant lui. La vie comprend tant de surprises imprévues, cela rend la vie…formidable…On a aussi assisté à un concert là-bas, le chef d’orchestre est un vieux monsieur boiteux, à la fin de chaque chanson, il insistait d’être debout, pour présenter la prochaine pièce, remercier aux acteurs précédents. Je dirais qu'il est un homme respectable.

La dernière nuit on a fait le patinage en plein air, devant l’hôtel de ville de Vienne, les touristes de quatre coins du monde et les Locaux tombent, crient, glissent, s’amusent ensemble, y a jamais de frontières quant au plaisir.

IMG_8178